Parlons Chasse, toute l'actualité de la chasse en France et à l'étranger.

 

Blog chasse

La population de sangliers est en augmentation dans de nombreux territoires de chasse depuis des années. On en retrouve notamment beaucoup dans le sud-ouest. Ces animaux très adaptables profitent des hivers doux et surtout de l'augmentation de la culture du maïs. Dans le même temps, la question de la peste porcine africaine (PPA) prend de plus en plus d'importance. Afin de pouvoir chasser plus efficacement les hordes et, le cas échéant, de contrer la propagation de la peste porcine africaine, de nombreuses questions se posent aux chasseurs au sujet de la technologie de vision nocturne et d'imagerie thermique. Cet article a pour but de clarifier les différentes méthodes de fonctionnement de ces appareils et, dans une certaine mesure, d'apporter un peu de lumière dans l'obscurité.

Quelles sont les différences entre les dispositifs de vision nocturne et d'imagerie thermique ?

Le terme de dispositif de vision nocturne s'entend familièrement comme tout instrument permettant des observations de nuit. Toutefois, il existe des différences dans le mode de fonctionnement des appareils. Il vaut la peine de connaître les différences.

Les dispositifs classiques de vision nocturne pour la chasse fonctionnent avec un tube convertisseur d'image (tube cathodique). Ces dispositifs sont également appelés amplificateurs de lumière résiduelle, car ils amplifient la faible lumière existante, provenant par exemple de la lune et des étoiles. Cependant, les dispositifs de vision nocturne ne peuvent se passer de toute lumière.

Cependant, la quantité de lumière résiduelle nécessaire est plusieurs fois inférieure à celle de l'œil humain. Les images produites par ces appareils sont généralement vives et de haute résolution, surtout lorsqu'elles sont associées à des optiques puissantes. Cependant, les dispositifs de vision nocturne ne sont pas adaptés à une utilisation en plein jour. Le simple fait de l'allumer une fois dans un environnement lumineux peut rendre un tel appareil définitivement inutilisable. Les dispositifs de vision nocturne produisent des images vert-gris typiques que vous avez déjà probablement vues dans les films ou les médias. Des marques comme Pulsar, Minox et Yukon proposent  de tels appareils.

Les dispositifs d'imagerie thermique pour la chasse fonctionnent de manière totalement différente. Avec ces appareils, des capteurs spéciaux captent le rayonnement thermique invisible émis par pratiquement tous les objets, animaux et plantes. Comme les caméras thermiques peuvent détecter les moindres différences de température, elles peuvent également être utilisées la nuit. Que le rayonnement thermique provienne de surfaces chauffées pendant la journée ou d'un être vivant est sans importance pour l’utilisation.

Une caméra thermique convertit la chaleur du corps en lumière visible. Les différentes températures corporelles de la créature ciblée sont reproduites. Un animal sauvage dans la prairie est alors représenté par une tache blanche, noire ou rouge bien visible. Les structures ne sont visibles qu'à courte distance. L'imagerie thermique peut être utilisée de jour comme de nuit.

Pour l'observation de la chasse, il est également intéressant que les différences de température puissent être suivi en temps réel afin de pouvoir suivre l’animal avec ces jumelles. Les fabricants de ces appareils sont par exemple Honus et Pulsar.

Les dispositifs MCP-CMOS forment un autre groupe. Ceux-ci utilisent des puces pour une fonction de vision nocturne numérique. Cette technologie est déjà utilisée dans les appareils photo numériques et les téléphones portables, mais elle pourrait également influencer la technologie de vision nocturne pour la chasse à l'avenir.

Monoculaire ou binoculaire en comparaison

Quel que soit le mode de fonctionnement (voir ci-dessus), il existe sur le marché des appareils à un et à deux oculaires. Pour l'observation de la chasse, nous ne recommandons que les appareils qui ne peuvent être vus que d'un seul œil (monoculaire).

 La raison en est que leurs écrans sont très lumineux par rapport à l'environnement nocturne. La pupille de l'œil s'adapte à ce phénomène en se rétrécissant. Si l'utilisateur utilise ensuite cet œil pour regarder à travers des optiques de jour, comme des lunettes de visée ou des jumelles, il ne pourra d'abord rien voir. Il est préférable de regarder l'optique de nuit d'un œil et l'optique de jour de l'autre. Les modèles à deux oculaires (jumelles), en comparaison, sont mieux adaptés aux observations de terrain de longue durée. Si vous souhaitez en savoir plus sur les jumelles infrarouges, vous pouvez lire cet article détaillé sur le sujet. Ce n’est pas toujours évident de faire le bon choix lorsqu’on souhaite acheter du matériel de chasse. Il est important de bien se renseigner avant un achat car ce matériel est couteux et ce serait dommage de ne pas pouvoir l’utiliser car vous n’avez pas fait le bon choix.

Résolution et plage de détection des caméras thermiques

Les deux principales caractéristiques techniques des caméras thermiques de chasse sont leur résolution et leur plage de détection. Comme pour les appareils photo numériques, la haute résolution permet d'obtenir des images plus nettes et plus détaillées. La résolution relativement faible de la plupart des appareils sur le marché est tout à fait suffisante pour l'objectif visé, à savoir l'observation de la chasse.

La plage de détection décrit la distance maximale à laquelle un objet peut être éloigné afin d'être encore détecté comme une source de chaleur. En règle générale, les modèles dotés d'un grand objectif, c'est-à-dire d'un diamètre supérieur à 26 mm, sont particulièrement recommandés pour l'observation en terrain ouvert, dans les champs, etc. Ils ont généralement un grossissement plus élevé, nécessaire pour les observations à longue distance. En revanche, les modèles dotés de lentilles plus petites, jusqu'à un diamètre d'environ 26 mm, sont particulièrement adaptés aux zones forestières. Ici, le large champ de vision du faible grossissement est un avantage.

En raison de la détection rapide et facile du gibier, les caméras thermiques sont très bien adaptées à l'observation. Grâce à des capteurs de haute qualité, il est désormais possible de détecter ou de distinguer les sangliers mâles et femelles, même à de très grandes distances (~200 m). Qu'il s'agisse de chasser le sanglier, de tirer sur les lièvres, l'imagerie thermique facilite bien des choses !