Parlons Chasse, toute l’actualité de la chasse en France et à l’étranger.

Les leurres pour la chasse au gibier d’eau

Aperçu Nom Prix
1
Banggood Simulation corbeau oiseau effaroucheur dissuasif répulsif jardin mauvaises herbes nuisibles vocalisation chasse leurre e
15,23 €
2
Banggood Flottant leurre de chasse de canard Mallar pour la pêche leurre de pêche décorations de piscine de jardin de poule
18,88 €
3
Banggood PE extérieur réaliste Eagle réaliste leurre de chasse formation tir cible animal tir à larc cible
26,04 €

Aperçu Nom Prix
1
GAEC Villeneuve – Boeuf à la ferme Rillettes d'oie fermière élevées pour leur chair tendre et goûteuse
15,90 €
2
D-Control 1000 de Dogtrace, dispositif d'entraînement à distance pour la chasse et le sport
223,90 €
3
Dogtrace D-Control 1600+, dispositif d'entraînement à distance pour la chasse et le sport
261,90 €

Dans la chasse au gibier d’eau, les leurres, bien positionnées et assorties selon le lieu et la période de l’année, sont déterminantes. Même l’œil veut sa part.

Dans la chasse aux aquatiques de l’embuscade, tous les supports entrent massivement sur le terrain capable de vaincre la méfiance naturelle des sauvages : les leurres vivants, les leurres buccaux ou manuels et donc les moisissures. Ces derniers, bien positionnés et assortis selon le lieu et la période de l’année, sont décisifs dans cette chasse, car les oiseaux aquatiques fréquentent les espaces dégagés et, de ce fait, sont fortement sollicités par des stimuli visuels autant que sonores.

En général, plus le tronçon ou le flux est large et ouvert, plus le nombre de leurres augmente et vice versa. Ainsi, en chassant les canards et les foulques, l’objet moulé assume une fonction non seulement d’utilité, mais d’indispensabilité. Et non seulement il doit être correctement positionné dans le jeu, mais il doit aussi être bien fait et en bon état. Il doit être véridique et crédible pour les espèces d’oiseaux auxquelles le texte s’adresse. Pas minable, avec des couleurs vives et fidèles aux livrées des différentes espèces, parfaite en flottabilité.

Nous sommes, en somme, devant une assistance vitale pour le chasseur d’eau qui accorde toute son attention à ses leurres tant en procédant à un entretien minutieux avant le début de la saison de chasse qu’en les plaçant dans un bon abri pendant le long intervalle de temps où elles reposeront hors de l’eau.

Imprimés et couleurs

On se souvient quand, enfants, nous nous sentions irrésistiblement attirés par ces objets que nous aimions observer et manipuler, les questionnant presque car nous nous attendions à ce que, d’un instant à l’autre, des chants et des sons en sortent soudain, comme s’ils étaient vivants. Et l’une des caractéristiques que nous aimions le plus était les couleurs.

Parfois, au cours de notre carrière de chasseur, il nous arrivait de chasser avec des gens qui ne semblaient pas prêter beaucoup d’attention à ces détails. Et s’il est vrai qu’un moule, de quelque matière qu’il soit, dénote néanmoins son caractère artificiel (surtout par vent calme et surfaces immobiles), il est également vrai que, s’il se décolore ou s’estompe, il se révèle immédiatement comme un faux oiseau, même parfois sans même ressembler à aucune espèce. Et ce n’est pas que si vous ne ressemblez à personne, vous ressemblez à tout le monde.

Chaque espèce a sa propre livrée et ses caractéristiques morphologiques, ce qui oblige la diversification des moisissures sur plusieurs espèces. Ce n’est pas un hasard si, dans le gibier, des moisissures d’espèces plus enclines que d’autres à se mélanger lorsqu’elles sont placées dans l’eau, comme le canard colvert et la sarcelle, ou le fuligule morillon et le fuligule milouin, sont souvent associées. Par conséquent, à notre avis, un bon entretien et une bonne gestion des couleurs sont nécessaires.

Les avantages du plastique

Les moules modernes, les plus commercialisés depuis plusieurs décennies, sont en plastique et ils sont littéralement estampillés, c’est-à-dire produits en série. Ce matériau présente de nombreux avantages évidents : il est léger, maniable, indestructible (sauf quelques faux coups), très facile d’entretien et de gestion. Et, ce n’est pas un détail anodin, c’est pas cher, un facteur qui est crucial si vous devez mettre en place des jeux, comme dans la vallée, de centaines de pièces.

Et tandis que les impressions plastiques d’autrefois manquaient de détails et de postures, étant standardisés à l’imitation des plus simples, ceux utilisés aujourd’hui regorgent de détails, comme les nuances et les ondulations du plumage et la multiplicité des postures. On retrouve des silhouettes d’oiseaux placés normalement tournés vers l’avant, des oiseaux au repos avec la tête nichée entre leurs épaules et tournés vers l’arrière, à placer aussi bien dans l’eau que sur le sol. Des demi-formes sont disponibles avec seulement le dos, comme s’il émergeait, pour imiter un canard barboteur qui se nourrit des bas-fonds. Et il ne manque pas de leurres pleins et vides et ainsi de suite, jusqu’aux leurres désormais bien connus avec des ailes tournant autour de leur propre axe, plein ou demi-figure, définis comme mojo.

En bref, le plastique offre un certain nombre de possibilités de construction limitées uniquement par l’imagination et le besoin inaliénable de crédibilité aux yeux de la nature.

Art et chasse à la sauvagine

Mais le chasseur ne vit pas uniquement de plastique. Ainsi, en remontant un peu dans le temps, nous retrouvons des leurres qui, à nos yeux, apparaissent comme de véritables œuvres d’art.. Les artisans, ou peut-être serait-il plus correct de les appeler des artistes, partant de ce que la nature des zones humides offrait, savaient créer des formes d’une rare similitude et efficacité en tissant des joncs et des quenouilles, également appelées paviera (Typha latifolia), ou en modelant harmonieusement le bois.

Bien sûr, il y avait aussi des leurres beaucoup plus rugueux, essentiels dans les formes et les couleurs, comme ceux fabriqués avec un corps en liège et des têtes en bois, qui fonctionnent aussi bien lorsqu’ils sont placés dans la pile. Il faut aussi tenir compte de l’intensité de l’effort de chasse et des prélèvements effectués à une époque révolue – disons de la fin du XIXe siècle à l’immédiat après-guerre – où la chasse bien organisée à la sauvagine était l’apanage des nobles. et les classes supérieures, en tout cas de ces gens fortunés qui pourraient en supporter les frais. C’était une activité rémunératrice pour tous les acteurs de soutien qui gravitaient autour du chasseur : bateliers, padulai, forgerons, charpentiers et artisans divers.

Par la suite, le bien-être économique suite à la reconstruction d’après-guerre, s’étendant à la fois géographiquement et au sein des classes sociales elles-mêmes, elle permet à des masses toujours plus nombreuses d’aborder la chasse comme une activité de loisir. Cela multipliait l’effort de chasse et les recettes, et augmentait proportionnellement la méfiance des oiseaux.

Cela a sensiblement imposé une évolution également dans les leurres vers des formes, des couleurs, des attitudes identiques à celles des oiseaux de chair et de sang, très efficacement soutenus par l’avènement de matières plastiques bon marché. Dans le même temps, les artisans possédant les connaissances et la dextérité nécessaires pour fabriquer des empreintes de mains se font de plus en plus rares, au grand profit de la production industrielle.

De notre temps

Nous avons grandement simplifié le raisonnement, mais c’est essentiellement ce qui s’est passé. Aujourd’hui, nous pouvons encore rencontrer des artisans-artistes qui, avec des mains habiles et industrieuses, créent des colverts, des canards pilets, des fuligules, des foulques, des barges, etc., à la fois d’une grande fonctionnalité et d’une beauté rustique, qui doivent être protégées en tant que patrimoine mondial. placer. Mais l’étroitesse du marché ne les aide certainement pas à s’accrocher à ce qui fut et à ce qu’ils savent re-proposer même dans notre troisième millénaire.

En bref, dans une phase historique où les formes de canards et d’oiseaux divers, dans des formes et des matériaux artistiques, sont devenues à afficher chez soi, à vendre dans les grands magasins, les chasseurs qui pratiquent la chasse au gibier d’eau, qui devraient être les premiers amateurs, achètent des impressions plastiques !

C’est juste une blague, bien sûr, car le portefeuille et l’aspect pratique ne peuvent être ignorés, mais c’est aussi une invitation à essayer de donner un peu d’oxygène à ceux qui portent la valeur historique et culturelle de la tradition, s’il est vrai que nous, chasseurs, sommes parmi ses plus ardents défenseurs et promoteurs.

La version complète de l’article de Massimo Marracci a été publiée dans Caccia Magazine numéro 4 2022.

Ne manquez pas la dernière l’actualité de la chasse sur le portail web Caccia Magazine. Suivez-nous également sur notre page Facebook.

} .td-doubleSlider-2 .td-item3 { arrière-plan : url( 0 0 sans répétition ; } #td_uid_1_6385f1f1d575c .td-doubleSlider-2 .td-item4 { arrière-plan : url( 0 0 sans répétition ; } #td_uid_1_6385f1f1d575c .td -doubleSlider-2 .td-item5 { arrière-plan : url( 0 0 sans répétition ; } #td_uid_1_6385f1f1d575c .td-doubleSlider-2 .td-item6 { arrière-plan : url( 0 0 sans répétition ; }

L’article Les Leurres pour la chasse à la sauvagine provient de parlonschasse.com.

spiermaria
Author: spiermaria

Passionné de chasse, je suis originaire du Gers. Je rédige des articles d'actualités pour Parlonschasse.com

Partager

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Dans le même thème

Articles connexes