Parlons Chasse, toute l’actualité de la chasse en France et à l’étranger.

Peste porcine à Rome, les premières mesures adoptées par la Région

Alors que la peste porcine africaine en Ligurie et dans le Piémont continue de se propager – le dernier bulletin fait état de 114 cas confirmés positifs – et que les administrations régionales peinent à appliquer les mesures pour la contenir, le virus ASF est arrivé à Rome.

Jeudi dernier, le 4 mai, l’Institut zooprophylactique expérimental d’Ombrie et des Marches a confirmé la positivité de une carcasse retrouvée dans l’aire métropolitaine de la capitaleplus précisément près du Parc des Insugherataune réserve naturelle située au nord-ouest de Rome dans le grand périphérique.

Il n’y a aucune certitude sur comment la peste porcine est arrivée à Rome on ne sait pas non plus si le cas est réellement lié à l’épidémie ligurienne / piémontaise. Les analyses génétiques permettront probablement de clarifier cela. Il est cependant fort probable que le virus ait été transporté par l’homme, peut-être dans des aliments contaminés qui se sont retrouvés dans les poubelles, les mangeoires habituelles des nombreux sangliers du Capitole.

Les premières mesures adoptées par la Région

Angelo Ferrari, le commissaire extraordinaire qui suit l’urgence PSA, a souffert le groupe d’experts et la cellule centrale de crise se sont réunis délimiter la zone infectée et définir les mesures extraordinaires à mettre en œuvre. Des mesures et des délimitations qui ont été officialisées avec l’arrêté signé le vendredi 6 mai par le Président de la Région.

Comme cela s’est déjà produit dans le Piémont, un a été immédiatement défini « Zone infectée provisoire«  qui affecte une grande partie du quadrant nord-ouest de Rome et qui comprend des parties du parc Insugherata, du parc Veio, du parc Pineto et de la réserve de Monte Mario. Une zone délimitée au nord et à l’ouest par la grande rocade, à l’est par le Tibre et au sud par certaines rues de la capitale.

La carte de la « zone infectée provisoire », en orange, et de la « zone d’attention », en rose, dans laquelle seront adoptées les mesures visant à contenir le virus de la peste porcine africaine.

Dans ce domaine, des mesures et des tâches assez précises ont été définies : les gestionnaires des espaces protégés devront renforcer la surveillance passivele Service vétérinaire devra échantillonner toutes les carcasses pour évaluer la positivité au virus, l’ASL et l’IZSLT s’occuperont de l’élimination des carcasses et la municipalité de Roma Capitale devra installer un signalétique spécifique délimiter les zones concernées et devra clôturer et repositionner les poubelles afin de rendre l’accès difficile aux sangliers.

Parmi les mesures, il y a aussi quelques interdictions qui, compte tenu de la nature et de la densité de population de la zone, sont moins strictes que celles que l’on trouve dans les zones rouges du Piémont et de la Ligurie. Les citoyens ne pourront pas nourrir, approcher et déranger les sangliers, mais ils pourront continuer à fréquenter les espaces agricoles et naturels. Ils devront cependant désinfecter leurs chaussures en sortant de ces zones e ils ne pourront pas organiser d’événements extérieurs de quelque nature que ce soit, pique-nique inclus. Si une carcasse est retrouvée, elle peut être signalée au numéro vert 803.555.

Un a également été identifié en dehors de la zone infectée « Zone d’Attention » étendu à tout le territoire de l’ASL RM1 à l’ouest du Tibre. Ici commencera la recherche active de carcasses assistés par la Région, les Organismes de gestion, la Municipalité et la Police et nous prévoirons fermer les portes d’accès présent dans les aires protégées au nord de la zone infectée.

Côte: « Opportunité de réduire significativement la population de sangliers »

Pour faire face à l’élargissement de l’urgence PSA, le ministre Speranza a délégué le Sous-secrétaire à la Santé Andrea Costa pour faire face à l’urgence aux côtés du commissaire national Angelo Ferrari.

Costa, animateur de l’émission Mi Manda Rai Tre, a immédiatement attiré l’attention sur le besoin de réduire le nombre de sangliers par les abattements : « J’espère que nous pourrons faire une réflexion pour en profiter pour réduire significativement la population de sangliers » – dit le sous-secrétaire. « Je respecte la sensibilité de chacun, les défenseurs des animaux et les écologistes, mais nous sommes face à une urgence et il faut y faire face avec des outils d’urgence. Les sangliers ont envahi nos villes, nos parcs, nos quartiers. Je pense que c’est le bon moment pour réfléchir à un important plan de sélection et d’abattage, qui réduira le nombre et la présence des sangliers ».

spiermaria
Author: spiermaria

Passionné de chasse, je suis originaire du Gers. Je rédige des articles d'actualités pour Parlonschasse.com

Partager

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Dans le même thème

Articles connexes

chasse-afrique-sud

Chasse en Afrique du sud

Un safari africain est une aventure fantastique qui, dans de nombreux cas, n’arrive qu’une ou deux fois dans une vie. L’Afrique du Sud est l’une