Parlons Chasse, toute l’actualité de la chasse en France et à l’étranger.

Secrets pour attraper la meilleure truite dans la bouche de Chimehuín au début de la saison

Paradis de la pêche. L’embouchure du Chimehuín est à 21 km de Junín de los Andes dans la chaîne de montagnes Neuquén. En arrière-plan, le volcan Lanín. L’image date du 1er novembre 2021.

Chaque fois qu’il prend la courbe, il s’approche du pont et ce paysage de rêve apparaît devant ses yeux où il a tant pêché truite, la rivière Chimehuín et son embouchure emblématique, le lac Huechulaquen, le volcan Lanín et ses neiges éternelles, ressent le même picotement dans l’estomac que la première fois, il y a plus de 40 ans.
Cela veut dire qu’il n’est qu’à 200 mètres d’être à l’endroit qui l’a ébloui dans les années 70, quand son cousin est parti en camion chercher le dodu Paimun et il montait pour descendre à ce point haut de la route qu’on appelle l’Autel des Dieux jusqu’à ce que je le récupère au retour. Dépuis là, Rolando Cachin Roa Il a passé des heures et des heures à observer les pionniers, ces maîtres de l’art de la pêche à la mouche auprès desquels il a tant appris.

Cachín Roa est présent depuis 47 ans chaque 1er novembre dans la mythique Boca del Chimehuín. Ce mardi, une nouvelle saison y débutera.

Un jour encouragé, il se présenta au groupe avec sa canne et des bottes noires à galon bleu du car-wash qu’un ami où il travaillait lui avait prêté : l’absence d’échassier n’allait pas l’empêcher d’être là. Et c’est Bebe Anchorena lui-même, qui avait un pied gauche prodigieux, qui l’accueillit, lui dit qu’il était content que quelqu’un de Junín de los Andes et lui a donné trois mouches qu’il garde toujours comme un trésor.

le temps s’est écoulé, il était guide de pêche, garde forestier: il s’est consacré à prendre soin de ce qu’il aimait le plus, à connaître chaque recoin de cette terre bénie. Et maintenant, celui qu’ils regardent, celui qu’ils consultent, c’est lui. Et il ne refuse jamais de répondre. « C’est ce qui correspond quand quelqu’un demande. De plus, j’aime que tous ceux qui viennent plus tard veuillent retourner à Junín, dans la chaîne de montagnes Neuquén », dit-il.


Où est-il piqué?


La question qui domine le classement est, de loin, où est-ce pique. Puis les autres suivent, les mouches, les cannes, le matériel. Mais le premier est le premier. Un secret sous sept clés ou une donnée partagée, selon le cas. « Quand ils me demandent, je réponds. C’est comme ça que j’ai appris et j’aime ça. Parce que pour apprendre il faut demander, mais aussi en ajoutant des heures et des heures de pratique, le meilleur prof, rien ne remplace ça. Il y a ceux qui se présentent avec la meilleure équipe et pensent que c’est fini. Et non, ça ne passe pas par là », dit-il.

Une de ses inoubliables truites.
Une autre de ses belles prises.

La légende a jadis circulé qu’il a mis une mouche quand il a bavardé avec les autres avant d’aller chercher la morsure et qu’il l’a ensuite changée quand la vérité est venue. « Ce n’était pas comme ça, bien sûr. Mais peut-être changerait-il d’avis en cours de route. »Cachin rit. « Le gars qui est sûr va toujours vous dire quelle mouche et quel matériel il utilise », ajoute-t-il, désormais plus sérieux.

Cachín et sa cartouche.
« Ce sont les mouches dont j’ai besoin pour le début de la saison : des œufs en silicone, de la mostacilla, une remorque de lapin matuka big.hole.demo et une trombe marine », explique Cachín.

Ce mardi, il retournera à ses anciennes habitudes et le pouls commence déjà à s’accélérer. Si les footballeurs rêvent de buts inoubliables, les pêcheurs rêvent de truites impossibles. Il lui manque cette fraternité d’exploits exagérés, de gestes qui semblent tirés d’un film italien, de truites qui grossissent au fil des heuresce monde qui l’amuse tant et qu’il ne change pour rien.

Coulée dans la bouche du Chimehuín.
Avec des amis au vernissage le 1er novembre 2021.

« Les pêcheurs sont comme ça. Et ça me plaît, ça me plaît beaucoup. Le barbecue, bavarder, exagérer, mentir. Remarquez que nous, les pêcheurs, sommes toujours tous ensemble. Difficile d’en voir qu’un. Si tu l’analyses, c’est marrant : il y a 70 km de rivière mais on est tous proches, on est comme ça. Je pense qu’il y a quelque chose d’instinctif : c’est notre environnement, on se sent bien », explique-t-il.


Rivières à bon débit

En dessinant une image de ce que les pêcheurs trouveront lorsqu’ils atteindront les lacs et les rivières de la chaîne de montagnes le premier jour de la saison, la première chose à prendre en compte, souligne-t-il, C’est le niveau d’eau qui impacte toute stratégie de pêche et mesures de sécurité.

L’embouchure du Chimehuín à l’aube.

« Les rivières ont un bon débit. Le Chimehuin, le Malleo, l’Aluminé, le Collon Cura, le Caleufu, tous », dit-il. Et c’est pourquoi il y a beaucoup de nourriture, par exemple alevins, truites juvéniles, œufs non fécondés.

« Les truites sont des prédateurs de leurs propres œufs. Aussi ces jours-ci ils mangent des pancoritas peu développé et à carapace molle, silure velouté, silure de torrent, pejerreyes comme dans le cas du Collon Cura et de l’Alumine », décrit-il.

Avec ce tableau, recommandez cannes n° 6 à 8, mouches streamer (les truites ne mangent pas de nymphes car l’eau froide ne génère pas d’insectes), coulant des lignes rapides de 2 à 6. Et un bas de ligne plutôt court,

Il conseille d’aller dans les zones peu profondes. « Les truites ne chassent pas en profondeur sauf la brune. Et en début de saison, environ 70 % des truites sont des arcs-en-ciel », précise-t-il.

Et en plus des heures de pratique, il recommande aussi la patience, car dans la bouche du Chimehuin il est facile d’être frustré.


Pourquoi est-il si difficile de pêcher dans l’embouchure du Chimehuín


« Je pense que c’est l’endroit le plus difficile pour pêcher. Il y a beaucoup d’eau, il faut de la technique, être très bien préparé, lancer entre 25 et 30 mètres, savoir détourner une mouche, savoir arriver au bon endroit. C’est un mythe que les plus grosses truites sont toujours pêchées ici. Savez-vous combien de personnes échouent ? Mais oui, c’est un paradis avec charme, mystique, renommée mondiale, c’est indéniable. Quand j’étais guide et que les nord-américains sont arrivés, la première chose qu’ils ont dit c’est qu’ils voulaient aller à l’embouchure du Chimehuinmême s’il était très difficile pour le pêcheur américain moyen d’attraper quoi que ce soit ici », se souvient-il.

Sur le pont de Chimehuín.

Enfin, Cachín mentionne l’allié clé de tout pêcheur : la chance. «Vous pouvez jeter cinq minutes et obtenir la truite de votre vie. Et gaspillez un mois et n’obtenez rien. Il faut accepter l’influence du hasard », dit-il. Avant de dire au revoir, souvenez-vous de l’importance de respecter les nature, réglementation et rotations comme l’enseignaient les professeurs lorsque la passion de la pêche à la mouche est née en Patagonie.

spiermaria
Author: spiermaria

Passionné de chasse, je suis originaire du Gers. Je rédige des articles d'actualités pour Parlonschasse.com

Partager

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Dans le même thème

Articles connexes