Parlons Chasse, toute l’actualité de la chasse en France et à l’étranger.

Le meilleur calibre polyvalent pour la chasse au gros gibier en Alaska ? Peut-il n’y en avoir qu’un ?

Aperçu Nom Prix
1
Maison du Nombre d'Or Escargots fumés N°1 (calibre très gros), 4 douzaines (1 bocal)
35,00 €
2
Maison du Nombre d'Or Escargots nature N°1 (calibre très gros), 4 douzaines (10 bocaux)
340,00 €
3
Maison du Nombre d'Or Escargots fumés N°1 (calibre gros), 4 douzaines (5 bocaux)
175,00 €

Aperçu Nom Prix
1
Maison du Nombre d'Or Escargots nature N°1 (calibre très gros), 4 douzaines (5 bocaux)
170,00 €
2
Rocco 6x400g Rocco Sensible gibier, pâtes – Pâtée pour chien
8,79 €
3
Rocco 24x800g Rocco Sensitive gibier, pâtes – Pâtée pour chien
59,96 €
57,49 €
-4%

Je soupçonne que l’argument de savoir quelle cartouche de fusil est le meilleur calibre « polyvalent » pour la chasse au gros gibier en Alaska a brûlé autant de calories dans un débat houleux que quel camion est le meilleur, Ford ou Chevy. Les forêts ont été décimées pour publier diverses opinions.

Lorsque nous avons déménagé en Alaska en 1971, j’ai parcouru les vieux magazines de mon père et j’ai lu tout ce que je pouvais trouver sur le sujet. Je n’ai jamais connu le Nirvana, rien ne semblait concluant.

Mais c’était amusant. J’ai passé mon premier voyage de chasse en Alaska à couper et à installer des bûches d’épicéa pour les fosses septiques (oui, nous l’avons fait) et j’ai été récompensé par un Winchester M70 en 300 Winchester Magnum pour mes efforts. Ce fusil est devenu instantanément mon fusil « polyvalent », en grande partie parce que c’était le seul que j’avais.

Saint Graal des cartouches de chasse

Après tout ce temps, il semble qu’aucune tumeur maligne n’ait mis l’argument à mort. De nouveaux calibres apparaissent régulièrement, offrant l’occasion de revisiter l’argument et de trouver le Saint Graal des cartouches de chasse Alaska.

Mais d’abord, nous devons reconnaître qu’une grande partie des chasseurs chassent pour la viande avec des fusils chambrés pour des calibres qui ne figurent jamais sur la liste. Il existe de nombreuses preuves que plus de gros gibier ont été capturés par ceux qui utilisent le .30-30 Winchester ou le 30-06 Springfield que presque tous les autres combinés.

Les exigences pour une cartouche de gros gibier réussie ne sont pas ancrées dans la science des fusées, comme certains d’entre nous le suggéreraient. Le calibre doit être capable d’enfoncer un projectile dans les organes vitaux de l’animal et de créer suffisamment de dégâts pour provoquer, sinon une mort instantanée, du moins une mort assez rapide. À l’exception de quelques-uns des plus petits feux centraux de calibre .22, pratiquement tous accompliront la tâche. Les AR-15 et les Mini-14 en .223 sont devenus très populaires auprès des chasseurs de caribous de subsistance de l’ouest de l’Alaska, bien que je n’aie aucune idée de leur efficacité.

Indépendamment du choix de la cartouche, le vrai problème repose sur les épaules du chasseur. Comprennent-ils les capacités de la cartouche et sont-ils prêts à accepter les limitations ? Cela dépend vraiment de la portée effective du coup choisi et de la capacité du chasseur à tirer avec précision, quel que soit le pistolet utilisé. Le chasseur qui est patient, qui est prêt à prendre le temps de traquer l’animal pour se mettre à portée et à laisser passer des tirs sur lesquels la cartouche ne peut pas s’attendre à bien fonctionner se débrouillera très bien avec le calibre qu’il choisira d’utiliser.

Un bon nombre de chasseurs n’ont pas beaucoup d’intérêt pour les armes à feu et le tir au-delà de ramener de la viande d’hiver à la maison. Ils trouveront tout cela de peu d’intérêt. Ils chassent avec ce qu’ils ont et ne tiennent pas compte de tous les détails.

Ceux d’entre nous qui aiment tout – la chasse, les armes à feu et le tir – trouvent que c’est un sujet fascinant. Nous pouvons bavarder pendant des heures sur la vitesse et l’énergie, la balistique en vol, les performances des balles terminales, la puissance d’arrêt, etc. La première fois que Christine m’a posé une question sur les calibres, ses yeux se sont révulsés quelques minutes après ma réponse. À petites doses, suggéra-t-elle.

Quelques suggestions

Mais voici le hic : ceux d’entre nous qui aiment en parler ne veulent rien avoir à faire avec un fusil/cartouche polyvalent. Cela signifie que nous n’avons qu’un seul fusil – pour nous, un concept ridicule. Il est tellement plus intéressant et amusant de discuter d’une multitude de combinaisons carabine/cartouche spécialement conçues pour certaines tâches, puis, bien sûr, de les obtenir. La plupart d’entre nous rechargent, ce qui ouvre tout un monde de charges personnalisées avec des balles de qualité supérieure à une fraction du coût des munitions d’étagère pour nos fusils bien-aimés. Ainsi, certaines pensées qui ne sont ni bonnes ni mauvaises, ce sont juste les miennes.

*Pour le gibier en pleine nature de l’Alaska – mouflon de Dall, caribou de la toundra et chèvre de montagne — une cartouche de tir plate est souhaitable. Alors qu’en vérité, la plupart du temps, elles sont prises à moins de 200 mètres, comme presque tout le reste en Alaska, il y a des moments, comme le dernier jour d’une chasse de 10 jours, où la seule opportunité de tirer peut être de 400 mètres. Une pléthore de cartouches, telles que les .25-06, .270 Winchester, 7mm Remington Magnum, pour n’en citer que quelques-unes, remplissent la facture. Mon choix personnel serait le 6.5-.300 Weatherby.

*Grands herbivores, orignaux et bisons, semblent exiger un autre fusil et pour plus que la simple joie d’en avoir un. Le bison est le seul animal de gros gibier d’Alaska qui a une exigence spécifique quant au poids de la balle et à l’énergie en aval de la cartouche utilisée pour les chasser. La balle doit peser au moins 200 grains et l’énergie retenue de la balle à 100 mètres doit être d’au moins 2 000 pieds-livres. Le 30-06 est le minimum pratique pour la tâche. Les orignaux ne sont pas particulièrement difficiles à tuer. Après les avoir abattus avec le 6 mm / .284, .264 Winchester, .270 Winchester, .300 Winchester, .375 H&H et le .458 Winchester, aucun n’a jamais dévié de leur piste. Le plus proche était à 20 pieds avec un .458, le plus éloigné, un peu plus de 400 mètres avec un .300 Winchester. Ce sont cependant de gros animaux et une balle plus lourde pour les tirs qui pourraient nécessiter une pénétration profonde sous divers angles est avantageuse. Espérant un jour tirer un permis de bison, mon choix pour le fusil « moyen » est le .300 Winchester. Il fait également un beau fusil à cerf dans les zones habitées par des ours bruns.

*Ensuite, il y a le gros fusil à ours. Les ours bruns peuvent et ont été pris avec tout, du .223 Remington au .460 Weatherby. Ils ne sont pas à l’épreuve des balles, mais font preuve de plus de ténacité lorsqu’ils sont blessés que les autres gros gibiers de l’Alaska. À l’exception de ceux prélevés dans le cadre de mesures de « contrôle des prédateurs » et du cas relativement rare d’être pris comme nourriture, les ours bruns sont un animal trophée. Le véritable attrait est qu’ils sont considérés comme dangereux. Pour être vraiment dangereux, ils doivent être chassés de près et personnellement, à distance de l’halitose si vous voulez. Cela joue directement dans la justification d’avoir un fusil « lourd » comme un .375 H&H, .416 Rigby, .45/70, .450 Alaskan ou un .458 Winchester. Mon désir de chasser les trophées s’est estompé il y a des années, mais on ne sait jamais quand une opportunité d’aider à retrouver un ours blessé pourrait se présenter, et pour un tel travail, j’ai toujours voulu un .470 Nitro Express dans un double fusil de la persuasion britannique qui a servi sur le continent noir. C’est une œuvre d’art et d’histoire qui ne verra peut-être plus jamais d’emploi, mais quelle formidable conversation autour du feu de camp ou de la cheminée.

La conversation est un peu comme choisir le meilleur chien de chasse ou le meilleur partenaire. Peu importe votre choix, celui que vous apportez a intérêt à être le bon. Je suppose que si la terrible circonstance de ne pouvoir avoir qu’un seul fusil pour la chasse au gros gibier en Alaska se présentait, le mien serait un .300 Weatherby Magnum. Je le construirais sur une action à un seul coup avec un canon de 26 pouces, ce qui le rendrait aussi court que la plupart des pistolets à verrou avec un canon de 22 pouces et sans sacrifier la vitesse.

Ce que vous dites? Laissez des commentaires ci-dessous et nous compilerons les résultats.

spiermaria
Author: spiermaria

Passionné de chasse, je suis originaire du Gers. Je rédige des articles d'actualités pour Parlonschasse.com

Partager

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Dans le même thème

Articles connexes