Parlons Chasse, toute l’actualité de la chasse en France et à l’étranger.

Le premier suivi des cailles avec des émetteurs satellites donne des données étonnantes-chasse en Espagne

Le premier suivi des cailles avec des émetteurs satellites donne des données étonnantes

Nous, auteurs, devons avouer qu’après quarante années consacrées à l’étude des cailles communes, pouvoir les suivre avec des émetteurs satellites était une chimère, qui est devenue une réalité en 2020. Mais pourquoi une chimère ? Pourquoi jusqu’à présent, près d’un quart du XXIe siècle, n’avait-il pas été possible de le faire ? Ces émetteurs sont-ils efficaces pour suivre les mouvements courants des cailles ? Les résultats obtenus sont-ils intéressants ?

Le suivi direct de la caille par satellite était attendu depuis longtemps par nous car l’étude de ces quarante années à travers les informations indirectes (banding et radio-monitoring), entrevoyait une écologie complexe des déplacements.

au connu migration transsaharienne ont été rejoints par des mouvements nomades en saison de reproductionlié à la recherche d’un habitat éphémère dont l’existence est liée à la latitude et à l’altitude : plus la latitude et l’altitude sont élevées, plus la céréale mûrit tard générant une sorte de front vert qui avance vers le nord et en altitude.

A tout cela il faut ajouter mouvements masculins que nous avons appelé «Don Juanescos», à la recherche de femelles pendant la saison de reproduction. Cependant, ni sonnerie ni radiopistage ne permettent de connaître le détail de ces mouvements (distance, orientation, type de prospection…). Par conséquent, il reste encore de nombreuses inconnues qui peuvent être résolues avec la surveillance par satellite : le rêve de tout chercheur dédié à l’étude de la stratégie de déplacement d’une espèce.

Pourquoi était-ce une chimère ?

Pourquoi cette surveillance par satellite n’a-t-elle pas été effectuée sur les cailles jusqu’à présent ? Pour un problème purement technique : jusqu’à très récemment, les émetteurs étaient trop lourds, qui dépassait de loin la limite de 5 % du poids corporel de l’individu. Cependant, la miniaturisation réalisée ces dernières années fait qu’il existe actuellement des émetteurs satellites pesant entre 2 et 3,9 grammes, qui peuvent désormais être attachés à la caille. Cependant, tous les émetteurs ne sont pas identiques ou n’ont pas la même utilité : ils ont tous des avantages et des inconvénients.

il y a donc Emetteurs 3.5g équipés d’un GPS et d’une batterie conventionnelle qui effectuent des localisations très précises (moins d’un mètre d’erreur) ; d’autre part, ils ont une demi-vie estimée à quelques 60 endroits, programmable par l’utilisateur. D’autre part, il existe d’autres Emetteurs 2.6g équipés de batterie solaire avec une demi-vie d’environ deux ans, mais ils n’ont pas de GPS pour lesquels la transmission et la localisation des individus, moins précises, s’effectuent par triangulation satellitaire (ou par l’un d’eux, en appliquant l’effet Doppler), ce qui signifie que la qualité de la localisation est très variable, avec des erreurs qui varient entre moins de 250 m à plusieurs km (Figure 1). Cependant, ils transmettent des emplacements en continu, de sorte que le nombre de données obtenues est élevé. Enfin, il y a un troisième type d’émetteurs 3.8g qui ont un GPS et une batterie solaire, combinant les avantages des deux types précédents (longue durée de vie et grande précision dans les repérages) ; cependant, il présente un inconvénient important pour la caille, comme nous le verrons plus loin.

Ces émetteurs sont-ils efficaces pour le colin de Virginie ?

Pour le savoir, il faut tester les trois types décrite précédemment. Cela a été possible grâce à la financement du Département de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de l’alimentation du gouvernement de la Catalogne en 2020 et 2021.

En 2020, nous avons lancé une étude dans laquelle, pour la première fois dans cette espèce, sept cailles communes mâles ont été équipées d’émetteurs GPS et de batteries solaires. Malheureusement, les résultats n’ont pas été à la hauteur de nos attentes : comme le cycle de vie de la caille se déroule au sein de cultures denses de céréales d’hiver ou de grandes cultures, dans la plupart des cas l’énergie solaire captée par les émetteurs était inférieure à 3,7 volts et, par conséquent, ils hiberné, sans transmettre d’informations aux satellites. Ce problème a fait que pour quatre des sept individus, le nombre de jours pour lesquels un emplacement était disponible était de 2,4 à 4,2 % du nombre total de jours d’étude. Sur les trois individus restants, chez deux d’entre eux, le pourcentage est passé à 13-17% et dans le troisième, qui était la proie d’un renard, l’émetteur a envoyé des emplacements 75% des jours où le mâle était en vie. Ces différences de pourcentages semblent être dues au fait que les performances des batteries solaires sont variables, et que l’individu dispose d’une batterie plus performante.

Au vu des résultats, en 2021 nous avons équipé cinq particuliers d’émetteurs avec GPS et batterie conventionnelle, ainsi que deux sans GPS et avec batterie solaire ; De plus, l’émetteur du particulier qui a été déprécié en 2020 a été recyclé.

Les résultats obtenus à l’heure où j’écris ces lignes (début juillet) sont très intéressants pour l’émetteur recyclé de l’année dernière, ainsi que pour les deux émetteurs sans GPS et avec batteries solaires ; cependant, les émetteurs avec GPS et batterie conventionnelle donnent de mauvais résultats, très probablement en raison du fait que la couverture végétale dense rend leur localisation difficile, ce qui ne se produit pas à ciel ouvert.

Les résultats obtenus sont-ils intéressants ?

Absolument oui. Ainsi, il a été possible de confirmer et de caractériser, avec un haut degré de détail, la unicité des déplacements nomades des cailles mâles. Dans la Figure 2 on peut voir comment le mâle équipé de l’émetteur recyclé de l’année dernière et capturé le 10 mai au Pla de Santa María (altitude 381 m, Tarragone) est resté dans la zone jusqu’au 27 mai.

Au cours de ces 17 jours, il a dû s’accoupler une fois, puisque les données obtenues avec des émetteurs de radiofréquence ont montré que les mâles non accouplés quittaient la zone où ils avaient été capturés en moins de 7 jours, tandis que ceux qui l’avaient fait une fois disparaissaient de la zone après 14 jours de suite. moyen; de plus, en 7 jours (11/5 – 17/5) leur mouvement quotidien moyen était celui d’un mâle accouplé (48,53 m, SD=39,6 m).

Le lendemain, 28 mai, il était localisé près de Vimbodí (496 m d’altitude), à ​​20 km de Pla, suivant une direction nord-ouest. Un jour plus tard, il s’est déplacé à Rocallaura (682 m d’altitude), à ​​11,6 km de Vimbodí, en direction du nord-est, où il est resté pendant deux jours et le 31 mai, il s’est déplacé à Conesa (729 m), à 10,4 km de Rocallaura. A nouveau, après deux jours, il quitte cette commune pour se rendre aux Piles (764 m d’altitude), situé à 3 km. Ces deux derniers déplacements ont été effectués en direction de l’est. Dans cette dernière ville il reste jusqu’à la date d’écriture de ces lignes (2021), c’est-à-dire qu’il a fait 29 jours ; Il s’est probablement accouplé deux fois de suite, puisque l’on sait par radiofréquence que dans ces cas les mâles sont restés dans la zone en moyenne 29 jours. La surveillance par satellite montre également deux concentrations d’activité, une de 8 jours (2/6 – 9/6) au cours de laquelle il se déplace de 56,6 m par jour (SD = 51,7 m) et une autre de 5 jours ( 6/22 – 6/26) avec un déplacement moyen de 79,6 m (ET = 4,7 m), la distance entre les deux étant de 619 m. Bien que les directions de vol aient changé, la dernière zone visitée se trouve à une altitude plus élevée et, par conséquent, la céréale poussait encore, alors que la céréale de la première zone (Pla de Santa María) était déjà très mûre.

Un autre cas moins frappant est celui d’un mâle de l’an dernier qui, pendant la saison de reproduction, a parcouru 11,1 km (figure 3).

Par conséquent, ces données renforcent la thèse selon laquelle les cailles mâles effectuent des mouvements nomades à la recherche de femelles avec lesquelles s’accoupler et d’habitats appropriés pour elle. Ils indiquent également que les mouvements nomades ne sont pas clairement orientés dans une certaine direction et que ce sont des mouvements courts, en moyenne 11,3 km (ET : 7,0). D’autre part, le domaine vital du Pla de Santa María était de 3,87 ha (Figure 4), c’est-à-dire relativement faible. Cependant, à Las Pilas, où il a eu deux accouplements successifs, le domaine vital était de 5,36 ha (Figure 5); très probablement, cette surface correspond à la somme des deux domaines vitaux des femelles, celui du premier et celui du second accouplement, avec quelque zone d’intersection entre les deux.

De même, et malgré la rareté des données obtenues l’an dernier, on constate clairement que il n’y a pas de territorialité entre les mâles car dans de nombreux cas, leurs domaines vitaux se chevauchent (Figure 6).

Ainsi, en attendant les informations que ce suivi par satellite pourra apporter sur les mouvements migratoires et les aires d’hivernage, on peut affirmer qu’il apportera beaucoup de lumière sur la connaissance de cette espèce énigmatique.

spiermaria
Author: spiermaria

Passionné de chasse, je suis originaire du Gers. Je rédige des articles d'actualités pour Parlonschasse.com

Partager

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Dans le même thème

Articles connexes